Taxi app Hailo had all the makings of a good rival to Uber and Lyft, but in the U.S., it encountered more speed bumps than it could manage.

When Hailo, a mobile application that hails taxi cabs, arrived in New York in early 2013 it was expected to take the country’s largest taxi market by storm, with the rest of the U.S. not far behind. On Tuesday, the startup company said that it plans to pull out of the North American market entirely, laying off 40 employees and citing the “astronomical marketing spend” required to pursue its mission.

The company had A-list investors and strong momentum. Where did the promising e-hail app go wrong?

Two years ago, Hailo’s U.S. launch was highly anticipated. The company had already gained impressive traction in the U.K., with 2.5 million passengers and the promise of a $100 million revenue run rate. An investment from New York’s most prominent venture firm certainly helped: Union Square Ventures led a $30 million investment in Hailo as it arrived in New York. (The round, which followed another for $17 million from Accel Partners, valued Hailo at $140 million before the investment.)

With fresh capital, Hailo opened an office in New York’s SoHo neighborhood and hired dozens of employees, including Tom Barr, the former head of the coffee business at Starbucks  SBUX 1.58% . The timing seemed right. Union Square Ventures’ Hailo investment came right around the time that Uber, GetTaxi, and other similar car-hire mobile services entered a legal battle with New York’s entrenched livery car industry over whether e-hail apps would be legal in the city.

All eyes were on the field of competitors. Hailo and Uber were squaring off for an “epic NYC e-hail throwdown,” declared Liz Gannes of AllThingsD. Six months later—June 2013—e-hailing was legalized in New York. And so the throwdown began.

Hailo’s strategy was to let Uber take the high end of the market, serving customers with luxurious black cars for which Uber would need to recruit new drivers. Hailo would instead take the yellow cab market, infiltrating a network of existing drivers by having them download its app to connect with potential passengers.

It didn’t work. Former employees say Hailo failed to gain traction with New York cab drivers. In the two years it has been operating in New York, Hailo signed up a tiny fraction of the city’s 40,000 yellow taxi drivers. (The company has said it has 60,000 drivers worldwide.) To compare, Uber CEO Travis Kalanick recently said his service adds 50,000 drivers around the world per month. Anecdotally, I was only able to find a Hailo taxi in midtown Manhattan once in six times I opened the app this summer.

Hailo laid off a number of the engineers in its New York office in November 2013. (Jeremy Parker, a senior software engineer at the company, notes on his LinkedIn page that his position was terminated “when Hailo changed course and stopped building a developer team in NYC.”) Co-founder Jay Bregman told Fortune in an email exchange this summer that the company wanted wanted to refocus its engineering efforts in the U.K.

Then in February of this year, Hailo announced that Barr would be promoted to co-CEO alongside Bregman. The announcement was framed as a promotion for Barr, who now handles day-to-day operations. Bregman was said to be working on “skunkworks” projects aimed at redefining its product. In reality, Bregman was demoted. With today’s announcement, Hailo said Bregman would be leaving to start a new project related to robotics.

According to former Hailo employees, the company struggled because what worked in London didn’t translate to New York. London cab drivers are highly trained and equipped with smartphones. There, cabs are a luxury product. Meanwhile, New York’s grid system–far more regimented than London’s cowpaths—makes it easy for new drivers to learn the streets and take the job with very little training. It’s also not standard for yellow cab drivers to have smartphones as part of their job. Many New York drivers were suspicious of a service like Hailo, former employees say. Besides, it’s not difficult for New York drivers to find new fares, leaving Hailo’s value proposition thin.

Further, when e-hailing was approved by New York, the city’s pilot program was delayed because of an appeal from the black car lobby. Uber’s response to legal issues has been to continue operating, as it did when it met resistance in Germany.

 
 
L’aéroport d’Amsterdam, Schiphol compte être la référence en matière d’écologie et vient de lancer une flotte de 167 taxis électriques, et pour que les clients comme les chauffeurs accueillent ce service de la meilleure des manières, c’est tout simplement des Tesla Model S qui ont été choisis !
Le projet et le contrat sont énormes, imaginez 167 taxis électriques en opération du jour au lendemain à l’aéroport, plus luxueux, silencieux et high-tech que n’importe quel autre taxi !

Ces 167 Model S seront exploités par deux sociétés de taxis déjà en opération au sein de l’aéroport Bios Group et BBF-Schiphol (respectivement 71 et 96 unités).

Choisis en deux couleurs, blanc ou bleu marine il s’agit de Model S 60kW qui proposent à l’origine 390km d’autonomie, avec un prix à partir de 66200€ (x168 ??) 
Mais, afin d’améliorer leur autonomie, les performances de ces taxis Model S ont été revues à la baisse avec une accélération moins rapide et une vitesse maximale limitée à 130km/h.

 
Concernant la recharge, pas de détail mais les deux compagnies ont du prévoir des stations, à moins qu’Elon Musk n’ait promi un Supercharger qui permettrait de recharger à 80% en 40 minutes et 100% en 75 minutes soit le temps d’une belle pause déjeuner ! 

Source: technologicvehicles.com
 
 
Picture
Le directeur général d'Uber Montréal, Jean-Nicolas Guillemette, reste vague quant au moment où UberX pourrait être lancé à Montréal.
Faisant fin de l'opposition des autorités municipales, Uber se prépare à lancer son service de taxi « citoyen » à Montréal.

Dans des publicités publiées sur Facebook, la firme de San Francisco fait miroiter des salaires de 20 $ l'heure aux automobilistes désireux de se transformer en chauffeurs de taxi à temps partiel.

Jean-Nicolas Guillemette, directeur général d'Uber Montréal, assure que les messages ne visent qu'à « sonder l'intérêt » de la population pour ce service, baptisé UberX. « Ce n'est pas un signe qu'on va le lancer incessamment, dit-il. Pour nous, c'est l'une des nombreuses façons de récolter de l'information. »

Des publicités semblables sont également diffusées dans les marchés de Vancouver et de Calgary.

UberX a été lancé en septembre à Toronto et au début du mois à Ottawa. Les tarifs d'UberX sont de 40 à 50 % moins élevés que ceux des taxis traditionnels. Mais à Ottawa, le week-end dernier, des agents doubles ont imposé des amendes de 650 $ à deux automobilistes pour avoir offert des services de taxi sans permis.

M. Guillemette reste vague quant au moment où UberX pourrait être lancé à Montréal. « Je ne peux pas vous dire que ça ne sera pas avant la fin de l'année, affirme-t-il. Ce que je peux vous dire, c'est que pour l'instant, on n'a pas de plan. Tout indique que ce sera plus tard. »

Riposte

Au Bureau du taxi de Montréal, on est sur le pied de guerre. Pour l'instant, l'application mobile d'Uber ne permet que de faire affaire avec des chauffeurs de taxi accrédités, mais comme l'entreprise elle-même n'a pas demandé de permis d'exploitation, le Bureau juge qu'elle fonctionne dans l'« illégalité ».

« On va utiliser tous les moyens en notre pouvoir pour faire cesser ces activités-là, soutient le directeur général de l'organisme municipal, Benoit Jugand. La population doit vraiment être au fait qu'il y a un danger réel par rapport à cette compagnie. »

M. Jugand se dit particulièrement préoccupé pour la sécurité des passagers. Or, de récents cas d'agressions sexuelles commises par des chauffeurs de taxi ont mis en lumière le fait que les autorités montréalaises n'effectuent aucune vérification des antécédents criminels, contrairement à d'autres villes canadiennes et à Uber.

Soulignons que le Bureau du taxi de Montréal a accordé un permis au concurrent d'Uber dans le domaine des applications mobiles, la société britannique Hailo.

Source: lapresse.ca
 
 
MONTREAL — When Concordia student Cierra Hollis gets in a cab, she says she always checks the picture on the taxi medallion to make sure that the face matches the driver.

“It gets scary, because they’re in control,” she said.

Police are investigating a reported sexual assault that occurred over the weekend in Notre-Dame-de-Grace. According to authorities, it is one of 17 sexual assaults reported involving taxi cabs this year; there were 29 reported assaults last year.

“Unfortunately that’s just the tip of the iceberg, because sexual assault is such an underreported crime,” said Jennifer Drummond, the coordinator of the Concordia University Sexual Assault Resource Centre.

Not only do advocates fear that the crime is underreported, they are concerned that basic steps aren’t being taken to curb the crime.

“We have to find a way so that not just anybody is out on the street driving a cab,” said June Michell, of Women Aware.

Michell made reference to the fact that criminal background checks are not performed on drivers when they receive their medallions.


According to the Montreal Taxi Bureau, the only drivers who are screened that way are the roughly 3,000 who drive adapted transit vehicles for the municipal transit authority. This leaves about 9,000 drivers in Montreal who do not have to submit to background checks.

Although provincial law mandates that drivers cannot be on the road with offences on their record within the past five years, bureau officials say the law is vague and that there’s no meaningful mechanism in place to enforce it.


“A taxi is one of the few safe places,” Michell said. “When we talk to our daughters, when we talk to women, we say — ‘if you’re going out at night and you need to get home, take a cab.'”

Taxi Montreal sent out an open letter saying that it will fully cooperate with the police investigation into the assault.

“Our drivers are the city’s ambassadors,” the letter read.

“We regret that this news casts a shadow over the work of thousands of taxi drivers who offer safe and professional service to their clientele.”

Police are still investigating the crime.

Source: globalnews.ca
 
 
L'industrie du taxi dénonce avec force la série d'agressions sexuelles commises par un chauffeur de taxi dans le secteur Notre-Dame-de-Grâce et offre son entière collaboration au Service de police de Montréal.

Les policiers de Montréal sont présentement à la recherche d'un chauffeur de taxi qui aurait agressé sexuellement quatre femmes au cours des derniers mois. La dernière agression a eu lieu le week-end dernier.

« Les chauffeurs, propriétaires et intermédiaires œuvrant dans l'industrie du taxi de Montréal travaillent de concert, afin d'offrir un service de qualité à la population et de faire du taxi un moyen de transport sécuritaire et fiable », écrit dans une lettre le comité provincial de concertation et de développement de l'industrie du taxi (CPCDIT).

« Nos chauffeurs sont les ambassadeurs de la métropole. Nous trouvons regrettable que ces nouvelles fassent ombrage au travail de milliers de chauffeurs de taxi, qui quotidiennement offrent un service professionnel et sécuritaire à sa clientèle », poursuit le comité, qui conclut en espérant que la police puisse rapidement faire la lumière sur ces événements.

Les agressions auraient eu lieu dans le secteur Notre-Dame-de-Grâce entre les mois de mars et d'octobre. Les policiers pensent qu'il s'agit du même chauffeur, mais ils disposent de peu d'informations sur l'agresseur.

Les quatre victimes, des femmes, auraient hélé ce taxi dans la rue, ce qui explique le peu d'indices récoltés sur l'identité du suspect. Les victimes décrivent un homme mesurant 1, 73 m (5 pi 8 po), imberbe, mince et qui parle français avec un fort accent arabe, précise le porte-parole du SPVM Ian Lafrenière.

Source: radio-canada.ca
 
 
Plus je m’intéresse à Uber et aux transformations qui ébranlent l’industrie du taxi, plus je réalise qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond au Bureau du taxi de Montréal.

D’abord, je croyais naïvement que ce Bureau était l’équivalent du Collège des médecins, mais pour l’industrie du taxi. Une sorte d’ordre professionnel qui a pour mandat de protéger le public et d’encadrer la pratique du taxi.

Mais non, c’est de plus en plus manifeste que le Bureau est là pour protéger l’industrie, d’abord et avant tout. Même si c’est une paramunicipale payée avec l’argent public.

C’est évident quand on le voit réagir de manière corporatiste à la venue d’Uber, n’hésitant pas à sortir les canons… au nom d’une industrie qu’il tente de protéger.

Et c’est encore plus évident depuis hier, alors qu’il refuse de réagir aux possibles agressions sexuelles survenues dans des voitures de taxi ces dernières semaines!!!

Qui protège le Bureau du taxi, au juste?

Ensuite, je croyais tout aussi naïvement que l’industrie était encadrée de manière serrée, notamment par le Bureau, encore une fois pour protéger les clients. Je croyais que les normes étaient sévères et contraignantes, surtout pour ce qui touche la sécurité.

Mais non, les casiers judiciaires des chauffeurs de taxi ne font l’objet d’aucune vérification obligatoire. Je répète : contrairement à Vancouver, Edmonton, Ottawa et Toronto, on ne vérifie pas systématiquement les antécédents criminels des chauffeurs de taxi à Montréal (sauf ceux qui font du transport adapté)!

Et après, le Bureau du taxi vient nous dire que si on permet à UberX d’opérer à Montréal (tout chauffeur d’auto qui s’inscrit peut prendre des clients), on permettra du coup à n’importe qui d’embarquer n’importe qui!

UberX, je tiens à le préciser, qui oblige tous les chauffeurs à subir une telle vérification des antécédents criminels!

Encore une fois, qui protège le Bureau du taxi, sinon l’industrie du taxi? Une industrie qui est aujourd’hui dans l’eau chaude et que le Bureau refuse de blâmer publiquement!

Et ne me partez pas sur la réaction du SPVM, qui est d’un autre ordre, mais qui est toute aussi scandaleuse que l’absence de réaction du Bureau. La police recommande aux femmes… de contrôler leur consommation d’alcool! Parce que dans beaucoup de cas d’agressions, voyez-vous, les victimes avaient consommé de l’alcool!

Quelle est la différence entre une telle recommandation et, disons, conseiller aux femmes de ne pas s’habiller trop légèrement… parce que dans beaucoup de cas de viols, les victimes étaient habillées trop légèrement?

Qui blâme-t-on pour ces agressions, au juste? Et surtout, qui protège-t-on?

Source: lapresse.ca
 
 
Le Service de police de la Ville de Montréal a ouvert une enquête des agressions sexuelles survenues dans des voitures de taxi à Montréal dont la dernière en date s'est produite le week-end dernier.


«On ne peut pas parler d'une vague [...] j'ai le chiffre, je vais le garder discret», a affirmé le sergent Laurent Gingras du SPVM qui n'a pas voulu confirmer le nombre exact de femmes qui ont été agressées. « On en compte quelques-unes, elles se comptent sur les doigts d'une main», a-t-il affirmé.

De plus, le porte-parole n'a pas voulu confirmer si les enquêteurs recherchaient un ou plusieurs chauffeurs de taxi pour ne pas nuire à l'enquête.

Selon la radio anglophone CJAD, une femme de 26 ans s'est fait agresser dans le taxi samedi soir. Elle sortait d'un bar lorsqu'elle est entrée dans un taxi au coin de la rue Sainte-Catherine et la Montagne. Arrivés à destination, le chauffeur aurait attaqué la femme qui a réussi à se débattre et à s'échapper de la voiture.

La station de radio fait plutôt état de trois agressions rapportées à seul agent de police du poste de police 11 de Notre-Dame-de-Grâce. Ces informations auraient été confirmées à la jeune femme qui a été agressée. Mais ni le Bureau du taxi ni le SPVM n'ont voulu dire si d'autres plaintes ont été rapportées ailleurs sur le territoire.

Le SPVM recommande aux femmes de ne pas prendre un taxi seules si elles sont en état d'ébriété. « Ça peut être bien de partager un taxi si on peut le faire ou limiter sa consommation d'alcool et rester en contrôle, parce que malheureusement dans beaucoup de cas d'agressions, les victimes avaient consommé de l'alcool. Ça peut contribuer à se mettre en situation de vulnérabilité ce qu'on ne leur souhaite pas», explique le sergent Gingras.

Le porte-parole recommande également aux femmes d'appeler directement une compagnie de taxi pour obtenir une voiture plutôt que d'en héler une en pleine rue. «Si on hèle le taxi dans la rue, il n'y a pas de trace», ajoute-t-il.

De plus, il suggère aux femmes de prendre en photo les informations du chauffeur de taxi (nom et numéros du Bureau du taxi) qui doivent obligatoirement être affichées dans la voiture, derrière le siège du conducteur. « S'il n'y a pas ce 'pocket number' dans le taxi, il faudrait en sortir immédiatement, car cette personne n'est peut-être pas autorisée à conduire un taxi», souligne le sergent.

La jeune femme qui s'est fait agresser samedi avait des doutes au sujet du chauffeur de taxi puisque ce dernier passait des remarques inappropriées sur son apparence. Elle avait d'ailleurs pris en photos les informations du chauffeur affichées dans la voiture, mais dans la bataille pour échapper à son agresseur, elle a perdu son téléphone cellulaire où se trouvait la photo.

Le sergent Gingras ajoute que par rapport aux statistiques de l'an dernier, il n'y aurait pas de recrudescence des agressions dans les taxis, mais encore une fois, il n'a pas voulu révéler le détail de ces données qui ne sont pas publiques.

Le Bureau du Taxi de Montréal n'a pas voulu commenter la situation afin de ne pas créer un vent de panique. La porte-parole Anna-Claude Poulin insiste également pour dire qu'il n'y a pas de recrudescence du phénomène par rapport aux statistiques de 2013, mais refuse de fournir les chiffres.

Le Bureau affirme faire pression au ministère des Transports afin que des vérifications de casiers judiciaires soient effectuées sur les chauffeurs de taxi dans toute la province du Québec.

Le Bureau souligne que tous les antécédents de tous les chauffeurs de la province devraient être effectués et pas seulement à Montréal afin d'éviter que les chauffeurs qui souhaitent éviter ces contrôles évitent simplement de travailler dans la métropole.

Plusieurs métropoles effectuent ces vérifications, notamment Vancouver, Edmonton, Ottawa et Toronto.

Source: lapresse.ca
 
 
Les policiers de Montréal sont à la recherche d'un chauffeur de taxi qui aurait agressé sexuellement quatre femmes au cours des derniers mois. La dernière agression a eu lieu le week-end passé.

Ces agressions auraient eu lieu dans le secteur Notre-Dame-de-Grâce entre les mois de mars et octobre.

Les policiers pensent qu'il s'agit du même chauffeur, mais ils disposent de peu d'informations sur l'agresseur.

Les quatre victimes, des femmes, auraient hélé ce taxi dans la rue, ce qui explique le peu d'indices récoltés sur l'identité du suspect.

« Dans le cas qu'on a vécu ce week-end, la dame était assise à l'arrière et quand même, le chauffeur l'a touchée. »— Ian Lafrenière du SPVM

Les victimes décrivent un homme mesurant 5,8 pieds, imberbe, mince et qui parle français avec un fort accent arabe, précise M. Ian Lafrenière

Avec les informations de Jacques Bissonnet

Source: radio-canada.ca
 
 
NEW YORK | On a l’habitude de voir des calendriers de pompiers, mais de chauffeurs de taxi? Deux photographes new-yorkais ont eu l’idée de les immortaliser dans des poses sexy pour amasser des fonds pour une oeuvre de charité.

Ils n’ont pas le physique pour rivaliser avec la populaire édition du calendrier des pompiers de New York, mais ces chauffeurs de taxi new-yorkais ont certainement un très bon sens de l’humour.

Ce calendrier humoristique est l’idée du directeur artistique Philip Kirkman et sa fiancée photographe Shannon McLaughlin.

Si vous souhaitez l’afficher chez vous, il vous en coûtera 14,99 $.

Une partie des profits va à l’organisme University Settlement, le plus ancien foyer social aux États-Unis.

La vente de l’édition de l’an dernier a permis de verser 40 000$ à l’organisme du Lower East Side à Manhattan.

Il vient en aide à 30 000 immigrants en leur fournissant des services de base tels que l’éducation, le logement et des programmes d’alphabétisation.

nyctaxicalendar.com

Source: journaldemontreal.com