Montréal, le 30 juillet 2014 – Le Bureau du taxi de Montréal est maintenant en mesure de procéder au tirage annuel pour l’obtention d’un Permis de taxi d’aéroport. Voici donc les dates importantes à retenir et la marche à suivre :

►  Du 4 au 15 août 2014 – Période d’inscription

Lieu : Au Bureau du taxi de Montréal, 4949 rue Molson

Frais : 25 $

►  26 août  – Tirage

Lieu : Au Bureau du taxi de Montréal, 4949 rue Molson

Ouvert à tous, jusqu’à pleine capacité de la salle

Nombre de permis qui seront attribués : 310

►  27 août  – Envoi des lettres aux gagnants

►  Du 2 au 12 septembre  – Prise des rendez-vous

Les gagnants doivent contacter le BTM pour se faire attribuer un rendez-vous.

►  Du 8 au 19 septembre  – Première inspection

►  Du 22 au 30 septembre – Réinspection des véhicules non conformes

►  1er octobre – Début du contrat à l’aéroport de Montréal

Pour toutes questions, communiquez avec le BTM au (514) 280-6600.

Source (PDF)

Anna-Claude Poulin
Chargée de communication
Direction du développement, de la formation et des communications
Bureau du taxi de Montréal
514 280-3788
 
 
Picture
The only taxi drivers who currently must submit a criminal background check are those working with vulnerable populations including children and the elderly.
Background checks are required, but jurisdictional confusion means they aren't being enforced

Sexual assault and harassment allegations by a number of women against Montreal taxi drivers are raising questions about the fact criminal background checks aren’t being conducted on many of the city’s cabbies.
Provincial law states that taxi permits will not be issued to anyone who’s been “convicted, in the last five years, of an indictable or criminal offence connected with the aptitudes and conduct required to carry on the occupation of taxi driver.”

Last fall, Quebec's Ministry of Transport said it was planning to require those applying for a taxi driver's permit to submit a $70 criminal background check by Montreal police. 

At the time, the ministry said it was still in the process of deciding which crimes would warrant a taxi driver's license being rejected. 

Montreal police told CBC News Thursday that background checks are only currently conducted on drivers working with vulnerable people, such as those with disabilities, senior citizens and children.

Quebec’s automobile insurance board, the SAAQ, does not include mention of criminal background checks on its “Become a Taxi Driver” webpage.

The only requirements listed under its “Conditions for obtaining a taxi driver’s permit” are:

  • Hold a Class 4C probationary or driver's licence.
  • Understand, speak and read French.
  • Pass the test on the regulations for taxi transport.
In an interview with CBC News, an SAAQ spokesman said the reason why criminal background checks are not carried out on all cab drivers is the fact the law does not define who is responsible for conducting them, nor how they should be carried out.

A provincial working group is currently trying to sort out the confusion, but he couldn’t say when it will have the answers.

City Councillor Alex Norris told CBC News that this “turf war” needs to be resolved immediately.

“Because of the intimate setting in which cab drivers and their passengers are put, on a daily basis, we feel that there should be more complete background checks carried out on all cabbies,” he said.

A CBC News exclusive report on Wednesday heard from a number of women who allege they were sexually assault or harassed by Montreal cab drivers.

Source: cbc.ca
 
 
Montréal, le 30 juillet 2014– Aéroports de Montréal («ADM») désire octroyer trois cent dix
(310) Permis de taxi d’aéroport pour l’Aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal (l’«Aéroport»), et invite tous les propriétaires de taxis en service régulier à soumettre leur candidature, le tout selon les termes et conditions prévus aux présentes.

 
Conditions d’éligibilités (collectivement les « Conditions ») :
Pour être éligible, chaque candidat doit respecter les conditions suivantes :

  1. Détenir un permis de propriétaire de taxi en service régulier en vigueur, émis par la Commission des transports du Québec et ayant comme territoire autorisé l’île de Montréal, plus particulièrement l’agglomération de l’Est-de-Montréal (A.5), l’agglomération de Montréal (A.11) et l’agglomération de l’Ouest-de-Montréal (A.12). 
  2. Détenir une vignette d’identification valide émise par le Bureau du taxi de Montréal.
  3. Tous les titulaires de permis de propriétaire en services réguliers sont éligibles pour le tirage des Permis de taxi d’aéroport
  4. Satisfaire aux « Conditions particulières » et aux « Conditions générales » qui sont disponibles, lors de l’inscription, auprès du Bureau du taxi de Montréal (4949, rue Molson), à compter du 4 au 15 août 2014. Les heures d’ouverture du Bureau sont de 8 h 30 à 16 h, du lundi au jeudi et de 9 h à 16 h le vendredi.Une copie de ces « Conditions » est disponible sur le site d’ADM (admtl.com/fr/adm/medias/avis-publics).
  5. S’inscrire uniquementau Bureau du taxi de Montréal (4949 rue Molson) aux heures d’ouvertures mentionnées ci-haut, au plus tard le 15 août 2014. Aucune inscription ne sera acceptée après le 15 août 2014 à 16 h, et ce, pour quelque motif que ce soit. Le candidat ne doit soumettre qu’une seule candidature (maximum de 1 permis par propriétaire de taxis) visant l’obtention d’un Permis de taxi d’aéroport, sous peine de rejet de tous ses formulaires d’inscriptions pour ce tirage. 
  6. Le candidat ne doit avoir aucun compte en souffrance avec ADM.

Frais  d’inscription :

Toute personne qui désire poser sa candidature en vertu du présent avis public doit payer au Bureau du taxi de Montréal des frais d’inscription de vingt-cinq dollars (25 $) au moment du dépôt de son nscription. Ces frais sont payables selon les modalités de paiement acceptés par le Bureau du taxi de Montréal lors de l’inscription.

Sélection :

Le 26 août 2014, sous la supervision d’une firme comptable, le Bureau du taxi de Montréal procèdera à un tirage au sort pour l’émission des trois cent dix (310) Permis de taxi d’aéroport, et ce, pour la période du 1er octobre 2014 au 30 septembre 2015.

Les permis seront émis en fonction des ratios suivants:
Les résultats du tirage seront affichés le 27 août 2014 sur le site internet d’ADM (admtl.com) et au Bureau du taxi de Montréal. 

Réserves :
  • Nonobstant toute disposition à l’effet contraire, ADM se réserve le droit de :
  • disqualifier un candidat qui ne respecte pas les conditions générales et particulières telles que décrites;
  • disqualifier un candidat si plus d’une (1) inscription est soumise;
  • vérifier l’information fournie par le candidat auprès des autorités concernées et rejeter tout formulaire d’inscription dont le contenu est incomplet ou n’est pas à jour;
  • annuler le présent avis public à son entière et absolue discrétion, sans l’octroi dequelque permis, ni compensation ou indemnité de quelque nature;
  • octroyer moins de trois cent dix (310) Permis de taxi d’aéroport;
  • rejeter tout ou partie des formulaires d’inscription;
  • exiger toute autre information nécessaire afin d’évaluer une candidature. Le refus de fournir une telle information peut entraîner le rejet d’une inscription.
Source
 
 
Picture
Women question safety of Montreal taxis
Andrea was out for a few drinks with friends downtown when she decided to hail a cab to take her home to Verdun.

She was having a friendly chat with the driver from her seat in the back of the taxi when she noticed he was masturbating.

Andrea said he tried to make her touch his genitals, and attempted to kiss and grab her.

“I was just thinking, ‘I have to go. I have to leave,’” she told CBC News in an interview.
She quickly thought to tell the driver they were passing her street and asked him to stop.

She hopped out of the car and went up a flight of stairs to a random house hoping he would leave as she pretended to look for her keys.

“Everything happened so fast,” she said. “I didn’t have time to get the identity of the guy, to get the name of the taxi or anything.”

Andrea spoke to CBC News about an incident in a Montreal cab last summer. The experience left her wary of flagging taxis down in the street. (CBC)

The incident, which happened last summer, left Andrea terrified. She asked that her last name not be used out of fear that she could be identified by the driver.

Cameras in cabs

She’s one of several young women who told CBC they’ve experienced a similar episode and expressed concern about lax safety in cabs in the city.

After a taxi driver was killed on the job last November, the city’s Transportation and Public Works Commission began looking at strategies to make taxis safer for both drivers and passengers.In April, the commission released 16 recommendations, including the installation of cameras in cabs.

City councillor Alex Norris said the city is moving in the right direction, but there still aren’t enough protections in place for taxis.

“The city could be doing more to protect passengers and taxi drivers alike,” he said.

Norris said the presence of the camera alone can have a dissuasive effect on those looking to harm drivers and data from cities where cameras have been installed show a drop in violent incidents.

More safety measures needed

But more can be done, including adding GPS locators to cabs and requiring taxi drivers to pass a criminal record check before they can take on any passengers.

Norris said the plan to install cameras in cabs is in the works, but there are still details to be worked out.

“There are still questions surrounding the installation of the cameras, namely who will foot the bill,” he said.

Andrea said she’s still wary of getting into a taxi.

She didn’t report the incident because she didn’t have any information to identify the driver. And, because she had flagged the cab from the street, there are no dispatch records to help identify the car number.

“I just told myself that there’s so many of them,” she said. “My mom said I should report it, but I didn’t see the point because there’s so many of them.

She wholly supports adding cameras to the cabs to protect both the drivers and passengers. She said she’s only taken a handful of taxis since the incident, but she now takes steps to protect herself.

“I think the best way [to stay safe] is to tell girls to call a taxi, not to hail one – especially if you're a girl alone at night,” she said.

Complaints news to taxi company


Dominique Roy, president of Montreal's Diamond Taxi company, said he's never heard of such situations happening in his cabs.

"Sexual harassment is a criminal offence and drivers are very prudent about those issues because the consequences are very important for them," he said.

Roy said reports of such incidents received by his company would be communicated to Montreal's taxi bureau.

Source: cbc.ca
 
 
Les possibilités rendues accessibles par internet contribuent à changer les perceptions à l’égard de ce qui est nécessaire et légitime.

Par les possibilités qu’il procure, internet fait paraître moins légitimes certaines réglementations.

Internet permet l’existence d’outils et de façons de faire qui contribuent à modifier les idées, les perceptions et les «évidences» qui justifient les réglementations. C’est en cela qu’il est un important facteur de changement.

Voici l’exemple de l’application UBER: elle permet à une personne raccordée au réseau d’interagir avec d’autres, en l’occurrence des personnes qui disposent d’une voiture et qui projettent de se déplacer dans la même direction.

Pour un coût minime, l’application met en présence les chauffeurs qui proposent leurs services et les clients désireux de se déplacer.

Le principe de l’application lancée par l’entreprise UBER, présente dans des dizaines de grandes villes réparties dans 35 pays (dont Montréal), et par Hailo repose sur quelques idées simples:

Un internaute dispose d’une voiture et prévoit se déplacer d’un point A à un point B. Uber, permet d’identifier les personnes qui doivent faire plus ou moins le même trajet au même moment.

Les applications comme UBER et Hailo mettent en contact et calculent la contribution à payer par le passager. Le conducteur et le passager se donnent rendez-vous. Une fois le trajet accompli, le paiement est traité par l’application mobile qui débite/crédite les comptes respectifs du passager et du conducteur.

Ce phénomène illustre comment internet bouleverse les façons de faire et peut faire paraître obsolète les modèles traditionnels comme ici celui des réseaux de taxis.

Du coup, les raisons pour lesquelles on considère que la réglementation est légitime connaissent des changements.

Avant internet, cette opération de mise en présence était assurée par les entreprises qui opèrent des centres de répartition. Ces entreprises, les intermédiaires en services de transport par taxi doivent selon le Règlement sur les services de transport par taxi, être titulaire d’un permis.

L’article 34 de la Loi concernant les services de transport par taxi prévoit que «Seul un titulaire de permis d’intermédiaire en services de transport par taxi peut fournir aux propriétaires et aux chauffeurs de taxi des services de publicité, de répartition d’appels ou d’autres services de même nature.»

Avec les applications de type UBER, la mise en présence du passager et du chauffeur est effectuée automatiquement, sans intervention d’une personne qui reçoit l’appel téléphonique et qui relaie ensuite la demande aux chauffeurs disponibles puis assigne le voyage à l’un d’eux.

L’avènement de ce type d’application influe sur les raisons qui à ce jour justifiaient les réglementations.

À l’époque où la plupart des réglementations de l’industrie du taxi ont été mises en place, l’opération d’appariement des clients et des chauffeurs de taxi était onéreuse: elle supposait une organisation afin de recevoir les appels, identifier les voitures disponibles et attribuer à un conducteur la tâche d’aller chercher et de conduire le client à destination.

Une application comme UBER change ces conditions: elle automatise et facilite ces opérations de mise en relation entre le voyageur et le transporteur.

Du coup, il se trouve des entrepreneurs pour tirer parti de ces nouvelles possibilités. Ils font valoir que l’application ne fait que faciliter le contact entre les personnes qui souhaitent se déplacer celles qui sont prêtes à les accommoder en leur procurant une possibilité de covoiturage.

Vu d’une telle perspective, on ne voit pas en quoi cela tomberait sous le coup de la réglementation de l’industrie du taxi.

L’industrie du taxi voit les choses d’un tout autre œil: elle soutient que l’application UBER et les autres du même type effectuent les mêmes opérations que celles des entreprises de taxi.

Mylène Péthel explique que «Les différents regroupements du secteur craignent une baisse de la qualité du service puisque contrairement aux compagnies traditionnelles, ces entreprises n’ont pas de comité de discipline pour sanctionner les chauffeurs et elles ne sont pas soumises à une surveillance aussi importante».

On est ici témoin du désaccord quant à la métaphore adéquate pour qualifier un service offert par internet.

D’une part, UBER et les entités semblables invoquent qu’il ne font que réunir des personnes qui souhaitent voyager ensemble tandis que l’industrie du taxi qualifie le bidule de système de répartition analogue à celui qu’ils opèrent moyennant d’importantes obligations réglementaires.

Alors le conflit est né: l’industrie du taxi demande pourquoi une entreprise effectuant la même chose que nous serait exemptée de la réglementation à laquelle nous sommes tenus d’obéir?

Les tenants des nouvelles applications de type UBER soutiennent qu’ils ne font que relier des individus qui veulent voyager et qui veulent en transporter d’autres.

S’engage alors un débat sur la qualification de ce que fait l’application internet versus ce que font les entreprises se trouvant du coup menacées.

Des changements de perception

En somme, l’avènement de l’application sur internet a changé les perceptions, les raisons qui faisaient en sorte que l’on considérait évident et légitime de réglementer une activité (ici l’industrie du taxi) de la façon dont on la réglemente.

De plus en plus, on estime que les raisons de réglementer n’existent plus, la légitimité de la réglementation est compromise.

Devant ces différences de visions, les autorités publiques sont appelées à intervenir.

L’intervention pourra emprunter la voie judiciaire, par exemple à Bruxelles, les tribunaux ont estimé que UBER contrevenait à la réglementation des taxis.

Dans d’autres villes, les réglementations pourront être modifiées. Par exemple, afin de permettre à l’industrie traditionnelle du taxi de concurrencer les nouveaux joueurs amenés dans le domaine par cette innovation, on sera tenté de réduire les exigences imposées par les règlements.

Voilà comment une innovation engendrée par internet et les outils mobiles change le droit.

Cet exemple permet d’illustrer que le droit change parce que changent les conditions dans lesquelles se déroulent les activités, ici l’appariement entre un voyageur et un chauffeur.

Les controverses quant à la légitimité d’une réglementation se fondent souvent sur des désaccords quant à la qualification de l’activité qui est en cause.

Si on qualifie l’activité autour de UBER comme une simple opération de mise en présence d’un voyageur et d’un automobiliste, il paraît illégitime de traiter l’opération comme s’il s’agissait de taxi.

Par contre, si on qualifie l’opération à partir de la similitude des besoins qu’elle vient combler, on est plus enclin à convenir qu’il s’agit d’une fonction analogue à elle assurée par les taxis. D’un tel point de vue, il paraît injuste qu’une telle entreprise ne soit pas soumise aux exigences imposées aux entreprises de taxi.

Ce sont les termes du débat!

Source: journaldemontreal.com
 
 
Picture
Un chauffeur de taxi de Sherbrooke a été agressé par des clients.
Les policiers de Sherbrooke recherchent toujours les trois individus, deux hommes et une femme, qui auraient été impliqués dans une agression contre un chauffeur de taxi, tôt dimanche matin. 

Les enquêteurs sont maintenant en mesure de fournir une description des suspects qui sont tous âgés d'environ 25 ans. L'un des hommes a les cheveux blonds. Au moment des événements, il portait une chemise blanche déchirée. Le deuxième individu est de forte corpulence et il portait une casquette et un chandail noirs. Quant à la femme, elle a les cheveux blonds et portait un pantalon blanc.

Au moment où l'agression s'est produite, le chauffeur venait de déposer ses clients à la place François-Baillairgé, dans l'ouest de la ville. C'est alors que les trois suspects ont tabassé le chauffeur, volé son argent et pris la fuite.

Des caméras de surveillance dans les taxis ?

Le président de Taxi de Sherbrooke, Marc Kirouak, espère que les agresseurs seront retrouvés rapidement. « Dans les derniers mois, on a eu quelques agressions envers les chauffeurs de taxi », déplore-t-il. 

Marc Kirouak n'écarte pas la possibilité d'installer des caméras de surveillance dans les taxis. Trois véhicules sont présentement équipés d'un tel dispositif à Sherbrooke. La question sera abordée, mardi, lors d'une rencontre des membres du conseil d'administration de Taxi de Sherbrooke.

Des chauffeurs sur leurs gardes

Des collègues de travail de la victime se disent peu rassurés par les derniers événements. « Qui sera le prochain ? », se demande un chauffeur de taxi de Sherbrooke rencontré lundi matin. « On essaie d'être plus prudent. On cache notre argent », a précisé un autre.

Source: radio-canada.ca
 
 
Picture
Credits: QMI Agency
MONTREAL -- Quebec native Christian Roy is the first North American taxi driver to drive a Tesla electric car.

The car cost Roy nearly $97,000, but he thinks that it will end up more than paying for itself in the long run.

Roy, 41, believes that not having to pay for gas will allow him to make his money back quickly, and have a positive impact on the environment at the same time. According to his calculations, he's paying about three cents per kilometre to charge his car. Roy says he makes about $2 per kilometre from his fares.

The biggest issue so far for Roy is finding charging stations while he's out on the road.
He said he has to be organized, and makes sure that he charges his car for four hours every evening.

"Right now I can do 250-350km without a charge," he said.

Roy told QMI Agency he hopes that more charging stations will be available soon and that technology will soon enable for a full charge to take place in 30-40 minutes.

Source: sunnewsnetwork.ca
 
 
Picture
Le chauffeur été conduit à l'hôpital pour soigner de multiples blessures qui ne mettent toutefois pas sa vie en danger.
SHERBROOKE – La police de Sherbrooke recherche deux hommes et une femme qui auraient sauvagement battu un chauffeur de taxi après avoir refusé de le payer pour une course, tôt dimanche matin, à Sherbrooke.

Vers 4 h, le chauffeur de taxi, un homme de 35 ans, a embarqué les trois passagers sur la rue King et les a conduits jusqu’à l’extrême ouest de la ville, à la place François-Baillargé.

Une fois à destination, les clients ont refusé de payer. Une dispute a éclaté entre le chauffeur et les clients. Ces derniers se sont mis à rouer le chauffeur de coups avant de lui voler son argent et de prendre la fuite.

Le chauffeur été conduit à l’hôpital pour soigner de multiples blessures qui ne mettent toutefois pas sa vie en danger.

Dimanche en fin d’après-midi, les suspects n’avaient toujours pas été arrêtés.

Source: canoe.ca
 
 
(Québec) Le géant californien Uber et son application de taxis sans aucun intermédiaire font rager les centrales de taxis aux quatre coins du globe. L'entreprise n'est pas encore débarquée dans la capitale, mais Taxi Coop lancera dans quelques jours une guerre préventive contre Uber afin de mettre des bâtons dans les roues de la multinationale à Québec, a appris Le Soleil.

Les centrales de taxi ne portent pas Uber dans leur coeur. Les municipalités et gouvernements n'en finissent plus de la dénoncer. En Australie, Uber est même jugée illégale et des chauffeurs ont reçu des contraventions.

Le fleuron technologique de San Francisco a mis les pneus il y a quelques mois à Montréal, soulevant colère, controverse... et engouement.

La grogne prend naissance dans la nature même d'Uber, une application pour téléphone intelligent rendant caduc le modèle historique de l'industrie du taxi. En utilisant la géolocalisation, un client interpelle virtuellement avec son téléphone un chauffeur à proximité. Plus besoin d'une centrale de répartition. Même le paiement se fait automatiquement en ligne par une carte de crédit. Le chauffeur et le client n'échangent jamais d'argent. Uber récolte une commission de 15 % sur la course.

Mais Uber joue les hors-la-loi aux yeux de l'industrie, ne demandant aucun permis et refusant de souscrire à la réglementation locale. Pendant ce temps, les chauffeurs de taxi traditionnels respectent un lourd cadre réglementaire et peinent à payer leur permis, valant souvent plus de 100 000 $.

Inquiétudes

À Québec, Taxi Coop ne cache pas son inquiétude devant Uber. «Nous, on est régis par des lois et des règlements. Uber ne respecte pas ça. Lui, il peut dire : je m'en fous. Donne-moi l'appel, et ça finit là!» dénonce au Soleil le président Abdallah Homsy. Il considère Uber comme un service illégal de taxi. «Tout le monde veut améliorer l'industrie du taxi. Mais Uber ne respecte aucun règlement.»

Sauf qu'Uber a les reins solides, étant soutenu par les géants Amazon et Google. La petite application, mine de rien, a déniché plus de 18 milliards en investissements. «Si je veux le poursuivre, avec un budget de 18 milliards $... il peut se défendre pendant longtemps! On n'a pas les moyens», plaide Abdallah Homsy.

La seule arme à sa disposition : la frappe préventive. «C'est pas dans ma nature de pleurer et de dire : ça fait mal et ça fait mal», dit-il. «Au lieu de dire qu'il y a un problème, moi je vais donner la solution. Ce que personne n'a jamais été capable de faire. Vous allez voir quelque chose de très beau et innovateur. Ce qu'on va faire, ce n'est jamais arrivé dans la province de Québec ni ailleurs.»

Taxi Coop dévoilera entre autres dans quelques jours une nouvelle application afin de couper l'herbe sous le pied d'Uber. «On est en train de préparer quelque chose. Je ne peux pas dévoiler tout ce qui se passe. Mais on va arriver avec quelque chose qui va répondre aux besoins de notre clientèle.»

Au-delà de cette application nouveau genre, Taxi Coop interpellera aussi le gouvernement québécois. «Comment ça se fait que vous tolérez autant le taxi illégal, alors que partout dans le monde, tout le monde chiale?» lance-t-il. «Est-ce que c'est parce que c'est Google, et qu'on ne veut pas les écoeurer?»

Venue quasi inévitable d'UberUber n'aura pas le choix de s'implanter un jour dans la capitale, avance au Soleil le directeur général d'Uber Montréal, Jean-Nicolas Guillemette.

«L'objectif, c'est d'offrir du transport partout. Pour l'instant, on est établis à Halifax, Toronto, Montréal. Ça se passe très bien», énumère le dg. «Il y a une bonne demande. On reçoit régulièrement des courriels de gens de Québec qui nous demandent quand on va venir à Québec», indique-t-il. «Nos objectifs de croissance, c'est de permettre aux gens du Canada et du Québec d'avoir accès à Uber. Donc, probablement que ça va arriver. Ça serait dans la logique de développement de l'entreprise, et Québec est un marché qui serait intéressant pour nous.»

Une venue dans les rues de la capitale sera certainement étudiée dans les prochaines semaines ou les prochains mois, selon Jean-Nicolas Guillemette.

Entreprise en vogue

Uber est une des entreprises les plus en vogue de la Californie. Arrogant et fonceur, le pdg Travis Kalanick est devenu une vedette dans la Silicon Valley. Il n'hésite pas à défier les villes hostiles à son entreprise. Uber est désormais utilisée dans 128 villes à travers le monde. La frappe préventive de Taxi Coop à Québec ressemble à bien d'autres ripostes similaires. Jean-Nicolas Guillemette s'y attend. «Ça ne me surprend pas du tout! Si c'est une action de sortir dans les médias et de dire qu'Uber est mauvais, de faire des pressions politiques et de faire du lobbying par en arrière, pour nous bloquer... À ce moment-là, ça ne sera pas nouveau. C'est ce qu'on vit quotidiennement. À Montréal ou ailleurs.»

Il n'a toutefois rien contre une offensive numérique de Taxi Coop. «S'ils décident de lancer une application similaire à la nôtre et de faire évoluer l'industrie du taxi, nous, on n'a rien contre ça. Tant mieux!»

Car Uber veut avant tout reléguer aux oubliettes le modèle de gestion traditionnel des taxis. «Les compagnies de taxi n'ont pas évolué depuis 60 ans, et c'est le consommateur qui est pénalisé. Et le chauffeur», avance-t-il. «Les compagnies de taxi veulent garder leurs monopoles. Elles font énormément d'argent dans le modèle qu'elles opèrent», ajoute-t-il. «Je trouve ça dommage pour les gens de Québec.»

Source: lapresse.ca
 
 
Picture
PHOTO: Nick Procaylo/PNG Andrew Grant was the city’s first hybrid taxi operator and now works as a commercial hybrid vehicle consultant in Vancouver.  
As is the case with most trailblazers, Andrew Grant was regarded as a bit of a nut job.

“Everybody thought I was crazy. They said the car was too small to be a cab.”

He even had potential fares come up to the car then refuse to get in once they saw the hybrid badging, saying they’d wait for another taxi.

“They figured it was unsafe.”

That was back in the winter of 2000-01, when the then 20-year veteran Vancouver taxi driver became the first cab driver on the planet to use a hybrid vehicle.

Little did Grant expect that less than a decade-and-a-half later, hybrid taxis would be the norm on downtown streets, nor that Vancouver would be regarded as the model for big city hybrid fleets.

And it all started with a humble 2001 Toyota Prius.

Actually, it started a few years earlier, when Grant first caught wind of the Japanese automaker’s emerging hybrid technology,

Back then, the taxi owner philosophy, according to Grant, was “buy a used car, three to five years old, preferably an ex-police car, and drive it into the ground. Putting a brand-new car on the road as a cab was totally foreign to the business.”

In large part, that was because one out of three cabs would not see its life expectancy because of accidents. “The average cab gets in some kind of accident every 18 months.”

That was another reason his fellow cabbies thought he was crazy when he put the all-new Prius on the road.

What they didn’t know was that Grant was a numbers wonk, and over the course of his two decades driving cab, he’d created spreadsheets crunching the costs of running his cars — everything from fuel, maintenance, dispatch fees, insurance and downtime — “to the point that I knew exactly what it was costing me to run the car per hour.”

Once he received the specs on that first-generation Prius, he sensed he was on to something.

Specifically, Grant calculated that using it as a taxi, and if gas remained at the then cost of 50 cents a litre, he could pay for the car in just three years.

“The thing about a hybrid is that it requires less service than a gas-powered car,” he explained. “Instead of getting serviced every two weeks, which was typical of a regular cab back then, my Prius would be in every three weeks.”

And downtime to a cab means a loss of revenue to the owner/operator.

According to Grant, the biggest wear factors in a city taxi are the transmission, brakes and the mechanical moving parts, “but the concept behind a hybrid is that the (gas) engine is only running when you need it, otherwise it is just idling.” In addition, the Prius’s Continuously Variable Transmission had far fewer moving parts than a gear-based gearbox.